GHA Records, the label for the guitar
 
 FR   ¦   EN 
 
» Accueil
Shopping
» CD
» DVD
» Cartes postales
» Mon panier
» Conditions de ventes
» Droit du consommateur
Mon GHA
» Mes données
Artistes
» Artistes
» Galerie photos
Actualité
» Agenda des concerts
» Master Classes
GHA Records
» A propos de GHA
» Le label de la guitare
depuis 1988
» Distributeurs
» Contact



GHA Records, the label for the guitar - VISA GHA Records, the label for the guitar - Eurocard / Mastercard
GHA Records, the label for the guitar - American Express GHA Records, the label for the guitar - Diners Club

  Two Concertos for Two Guitars
Sérgio & Odair Assad

Label: GHA
Ref:  CD   - 126.018
Prix: 18 € tout compris

Stock:

Ajouter au Panier

La guitare est redevable à Joaquin Rodrigo d'un répertoire important en qualité et en quantité. Rodrigo signe le concerto pour guitare le plus célèbre de l'histoire de cet instrument, leConcierto de Aranjuez , ainsi que quatre autres compositions pour guitare et orchestre, la Fantasia para un gentilhombre (1954), le Concierto andaluz (1967), le Concierto Madrigal (1968) et le Concierto para una fiesta (1981).
Composé à l'intention du duo Presti-Lagoya, le Concierto Madrigal ne fut jamais joué par ces interprètes en raison de la disparition prématurée d'Ida Presti. Pepe et Angel Romero en donnèrent la première mondiale en 1970, à Los Angeles. Dans ce concerto, Joaquin Rodrigo s'écarte totalement de la coupe classique en trois mouvements, il le conçoit comme une suite d'airs et de danses écrite dans un style tantôt savant ( madrigal, caccia), tantôt influencé par le folklore espagnol ( girardilla, fandango, zapateado). Selon les propres termes du compositeur, la variation est l'élément de soutien de la composition. Le Concerto Madrigal est basé sur « O felice occhi miei », madrigal composé par Jacques Arcadelt en 1539, dont la mélodie principale est énoncée par la flûte dans le second mouvement. Cette mélodie réapparaît sous différents aspects définis par le caractère de chacun des mouvements du concerto. Il débute par une fanfare martiale et joyeuse construite sur deux motifs pleins de vitalité dont les accents rappellent ceux de la toccata de l'opéra « Orfeo » de Monteverdi. Les neuf mouvements qui suivent cette fanfare énergique contrastent par le tempo et par le rythme ; la Caccia qui conclut le concerto évoque brièvement la « Danza del molinero » de Manuel de Falla ainsi que la mélodie du mouvement lent du « Concierto de Aranjuez » , elle se termine par un rappel du madrigal qui a servi de fil conducteur à l'ensemble de la composition.

Rien ne prédisposait Mario Castelnuovo Tedesco à écrire pour la guitare et, sans l'amicale insistance d'Andrés Segovia, il ne se serait peut-être jamais intéressé à un instrument aussi ingrat pour les compositeurs qui ne le pratiquent pas. Peu de temps après sa rencontre avec Segovia, Castelnuovo Tedesco lui présente les Variations à travers les siècles (1932), sa première contribution au répertoire de la guitare. Il affirme ensuite sa maîtrise de l'écriture pour guitare dans la Sonate opus 77, le Capriccio diabolico et la célèbre Tarantelle opus 87.
Son Concerto en ré opus 99, celui que l'on surnomme « le premier concerto pour guitare du 20ème siècle », précède de peu le Concierto de Aranjuez de Joaquin Rodrigo et le Concierto del Sur de Manuel Ponce. En 1939, année de composition du Concerto opus 99, le compositeur a déjà tâté de ce genre à plusieurs reprises (1). Il laisse libre cours à son talent d'orchestrateur et de mélodiste raffiné, sa plume est ferme, son écriture claire, son style décidé ; la balance est équilibrée entre les interventions de la guitare et celles de l'orchestre pourtant fourni.
Un second concerto pour guitare, l'opus 160, voit le jour en 1953. L' oeuvre est extrêmement différente de la précédente: l'orchestre est légèrement plus important (2) et le compositeur n'y observe pas la structure traditionnelle du concerto. La guitare énonce, seule, un motif qui sera repris par les instruments de l'orchestre tout au long du premier mouvement. Le second mouvement —Sarabande et variations — occupe une place de choix en tant que pièce centrale d'une durée particulièrement longue. Quant au mouvement final, il accuse un caractère nettement populaire auquel contribuent l'emploi important d'instruments à percussion, une thématique claire, et une orchestration lumineuse.
La rencontre de Castelnuovo Tedesco et du duo Presti-Lagoya est à l'origine de l'intérêt que manifeste le compositeur pour le duo de guitares au début des années 60. Bien plus encore que dans ses oeuvres majeures pour guitare seule, il se révèle dans l'écriture pour deux guitares et maîtrise véritablement le dialogue et les jeux d'imitation entre les solistes. Castelnuovo Tedesco écrit successivement la Sonata canonica opus 196, les Guitares bien tempérées opus 199 et le Concerto pour deux guitares opus 201 (1962). L'effectif orchestral, dans ce concerto, est presque identique à celui du Concerto opus 160, mais les instruments à percussion y sont plus nombreux (3). Le premier mouvement débute par un thème de caractère « pomposo », énoncé par l'orchestre, auquel s'enchaîne un solo de trompette. Les guitares reprennent ce solo avant de présenter à leur tour le thème dans le ton mi majeur. Le second thème « burlesco » est exposé par les flûtes et les clarinettes, soutenues les pizzicati des cordes. La cadence des guitares est basée principalement sur le premier thème. Le second motif apparaît "scherzando" vers la fin de la cadence et annonce le retour de l'orchestre pour la conclusion de ce mouvement.
Le second mouvement adopte la forme « lied ». Les guitares exposent, seules, le motif principal « simple et tranquille » ainsi que le deuxième motif « più mosso ed energico » sur lesquels repose la construction de cet andante .
Dans le dernier mouvement, un « rondo mexicano » endiablé, la trompette expose le refrain sur un ton « impertinente ». Ce refrain réapparaît dans la cadence sous une forme plus mélancolique. Les instruments à percussion, très présents dans ce mouvement, contribuent à son caractère exotique en soulignant les rythmes caractéristiques qui se succèdent tout au long d’un final haut en couleurs.

(1) Concerto Italien pour violon (1926), Concerto pour piano n°1 (1933), Concerto pour violon n° 12 "les Prophètes" (1935),
Concerto pour violoncelle et Concertino pour Harpe (1937)

(2) Piccolo / 2 flûtes / 1 hautbois / 2 clarinettes / 2 cors / 1 trompette / timbales et autres instruments à percussion / cordes

(3) Piccolo / 2 flûtes / 1 hautbois / 2 clarinettes / 1 basson / 1 trompette / timbales / triangle / cymbales / tambour
caisse / maracas / castagnettes / cordes.


No Compositeur Titre Commentaires Durée Extraits
1 Joaquin Rodrigo Concierto madrigal
Fanfare
01:57
2 Joaquin Rodrigo Concierto madrigal
Madrigal
02:44
3 Joaquin Rodrigo Concierto madrigal
Entrada
01:34
4 Joaquin Rodrigo Concierto madrigal
Pastorcico, tu que vienes, pastorcico tu que vas
01:37
5 Joaquin Rodrigo Concierto madrigal
Girardilla
01:33
6 Joaquin Rodrigo Concierto madrigal
Pastoral
01:42
7 Joaquin Rodrigo Concierto madrigal
Fandango
01:52
8 Joaquin Rodrigo Concierto madrigal
Arietta
06:40
9 Joaquin Rodrigo Concierto madrigal
Zapatadeo
04:55
10 Joaquin Rodrigo Concierto madrigal
Caccia a la española
04:34
11 Mario Castelnuovo Tedesco Concerto opus 201
Un poco moderato e pomposo
06:43
12 Mario Castelnuovo Tedesco Concerto opus 201
Andante
07:06
13 Mario Castelnuovo Tedesco Concerto opus 201
Rondo mexicano
06:12


Du même artiste
Natsu No Niwa Suite (GHA/126.029)
Lo que vendrá (GHA/126.021)
Two Concertos for Two Guitars (GHA/126.018)
Milonga per tre
:: Live in Brussels
(GHA/126.055)
A Brazilian Songbook
:: Live in Brussels
(GHA/126.058)
Um Momento de Puro Amor
:: Live in Brussels
(GHA/126.460)
A Moment of Pure Love
:: Live in Brussels
(GHA/126.460b)
10 cartes postales / 10 postcards (GHA/PC1)
The Debut Concert - Brussels 1983
:: Live in Brussels
(GHA/126.057)
Dances from the New World (GHA/126.069)